Chapitre 1

Introduction au Bitcoin

Découvrez l'histoire du Bitcoin, la première et la plus grande cryptomonnaie : sa création, les problèmes qu'elle résout et la valeur révolutionnaire qu'elle apporte.

En résumé

  • Bitcoin est un réseau décentralisé d'ordinateurs permettant de transférer en ligne une forme de valeur numérique, de façon décentralisée, non-censurable et sans tiers de confiance.
  • Le montant maximal de Bitcoin qui puisse jamais exister est de 21 millions, ce qui crée sa rareté et le rend donc précieux.

Aujourd'hui, le Bitcoin est généralement connu comme étant une cryptomonnaie. Bien que ce soit correct au sens strict du terme, cette vision est réductrice et passe à côté de quelque chose de bien plus vaste.

Comme vous le verrez dans cet article, Bitcoin est une nouvelle forme d'argent au vrai sens du terme. Animé par sa blockchain, c'est-à-dire un réseau de transaction peer-to-peer, Bitcoin est un système monétaire intégral et entièrement indépendant capable de transférer de la valeur.

Logo du Bitcoin

Il est d'ailleurs plus approprié de voir Bitcoin comme une découverte plutôt que comme une invention. Par divers tâtonnements, de nombreux prédécesseurs comme Hashcash, DigiCash, b-money ou encore Bit Gold avaient déjà essayé d'accomplir ce que Bitcoin a réussi, mais tous ont échoué d'une façon ou d'une autre.

Car au final c'est un développeur pseudonyme du nom de Satoshi Nakamoto qui a accompli la quête de la première monnaie numérique en présentant Bitcoin. Ce qui peut ressembler à une trouvaille de génie est en fait la culmination de diverses percées en matière de technologie de l'information, de cryptographie et d'ingénierie informatique.

Un timing parfait

On pourrait presque qualifier l'apparition du Bitcoin d'immaculée conception, enveloppée de son mythe de la création. En effet, l'histoire mystérieuse du Bitcoin se lit comme un polar.

C'était le 31 octobre 2008. Alors que la crise financière avait atteint son pic il y a plus d'un mois, un message rédigé par le pseudonyme Satoshi Nakamoto était envoyé aux abonnés d'une obscure liste d'e-mails composée essentiellement d'experts en cryptographie.

“J'ai travaillé sur un nouveau système de cash électronique entièrement peer-to-peer, sans tiers de confiance.” annonçait-il avant d'expliquer les principales caractéristiques de Bitcoin.

Dans cet e-mail, Satoshi ajoutait un lien vers un white paper mis en ligne sur bitcoin.org, un site web fraîchement enregistré deux mois plus tôt. Le document de neuf pages décrivait un nouveau système de paiement baptisé Bitcoin.

L'e-mail de Satoshi Nakamoto

Pour les geeks de cryptographie et les informaticiens qui ont reçu cet e-mail, l'idée d'une monnaie numérique utilisant la cryptographie n'avait absolument rien de nouveau.

Comme dit plus haut, plusieurs tentatives d'en créer une avaient été faites dans les années 90, mais toutes avaient échoué. Sans surprise donc, le papier du Bitcoin fut d'abord reçu sans grand enthousiasme. Pourquoi serait-il meilleur que tout ce qui avait été proposé jusqu'alors ?

Ce qui fit toute la différence fut d'une part le fait que le papier combinait plusieurs innovations technologiques et d'autre part qu'il était profondément ancré dans la pensée de l'école autrichienne d'économie.

En effet, pour tout ce qui touche à l'argent sous forme spontanée et non-gouvernementale, aucune autre école de pensée ne s'est penché sur le sujet de façon aussi approfondie, menant à des idées novatrices sur la nature de l'argent.

Parce que Satoshi Nakamoto avait clairement puisé dans ces idées en concevant Bitcoin, la cryptomonnaie fut perçue comme une initiative fondamentalement interdisciplinaire et ancrée dans une pensée pragmatique sur le fonctionnement de l'argent.

Un autre élément a aussi contribué à rendre Bitcoin spécial : Nakamoto était anonyme. Le fait que personne ne sache qui se trouvait derrière le pseudonyme rendait la chose à la fois mystérieuse et séduisante.

Bitcoin obtenait ainsi son mythe originel quasi-religieux. L'anonymat de son créateur a permis au projet de faire ses premiers pas et se développer sans entrave, puisqu'il n'y avait pas de cerveau identifiable derrière lui. Le fait que son fondateur soit inconnu et ne détienne aucune force de contrôle a permis de souligner l'intégrité et la proposition de valeur de Bitcoin.

Alors que le chaos de la crise de 2008 battait son plein et que de nombreuses choses étaient remises en question, l'idée du Bitcoin ne pouvait pas survenir à un meilleur moment. Grâce à ce timing parfait et à sa personnalité unique, Bitcoin a pu continuellement grandir depuis en mimiquant le phénomène d'ordre spontané. Avec le contexte si particulier qui l'a vu naître, il semble peu probable que quelque chose similaire au Bitcoin puisse se produire à nouveau.

La disparition de Satoshi Nakamoto

Un des événements les plus mystérieux de l'histoire du Bitcoin doit être abordé : la disparition de Satoshi Nakamoto. Le création de Bitcoin a travaillé sur son code source et a participé aux discussions du forum bitcointalk.org jusqu'au milieu des années 2010. Mais à ce moment-là, il décida soudain de cesser toutes ses activités et de céder à d'autres le contrôle des noms de domaine liés au Bitcoin qu'il détenait.

Plus personne n'a eu de nouvelle de Satoshi depuis. Le montant estimé de 1'000'000 BTC qu'il posséderait est resté intouché jusqu'à ce jour. Ce trésor massif, connu comme les "coins de Satoshi", valait près de $70 milliards lors du dernier record de prix du Bitcoin en novembre 2021. Cette fortune placerait Satoshi Nakamoto parmi les 50 personnes les plus riches du monde. Bien que de nombreuses personnes aient essayé de révéler son identité et les raisons de sa disparition, personne n'a encore été capable de prouver de façon concluante qui était vraiment Satoshi Nakamoto.

Des exploits technologiques

En plus du timing parfait de son apparition et du caractère légendaire de sa création, le concept du Bitcoin contient de réels exploits techniques. Notamment, il résout l'ancien problème des généraux byzantins. Cette question, irrésolue jusqu'alors, était la suivante : comment un groupe de participants physiquement séparés et qui ne se font pas confiance peut arriver à se mettre d'accord sur une tâche commune ?

Pendant des siècles, aucune réponse probante n'avait été donnée pour ce problème. En amenant une solution cohérente et élégante, la blockchain publique proposée par Bitcoin a rendu possible pour un groupe dispersé d'individus ne se faisant pas confiance de s'entendre de façon permanente sur une série de transactions en constante évolution, sans avoir besoin d'entité centralisée. Le Bitcoin adressant la question du transfert de valeur, la solution au problème des généraux byzantins est au final une solution au problème de la double dépense.

Le problème de la double dépense

Crucial pour la viabilité de toute forme d'argent numérique décentralisé, le problème de la double dépense réfère au défi d'empêcher une unité de monnaie donnée d'être dépensée plus d'une fois par la même personne.

Bitcoin est réellement révolutionnaire, de la même façon que l'a été l'imprimerie. Conçue par Johann von Gutenberg, la presse à imprimer a standardisé et démocratisé le processus de conditionnement et de transmission de l'information, permettant ainsi l'échange et la dissémination d'information sur de grandes distances sans impliquer d'intermédiaire. Ce que Satoshi a conçu est fondamentalement la même chose, mais pour l'échange de valeur.

Mais Bitcoin ne serait pas Bitcoin si cela s'arrêtait là. Alors que le transfert de valeur sans confiance en est un composant crucial de son succès, la rareté digitale en est un autre. Dans le cas de Bitcoin, cette rareté a été gravée dans le marbre dans son code : il n'y aurait jamais plus de 21 millions de bitcoins qui puissent être créés.

Un nouveau modèle de prospérité économique

En rendant possible le transfert de valeur sans intermédiaire tout en proposant une propriété de rareté digitale, Bitcoin a déclenché l'ère de l'argent vraiment numérique. On peut ainsi dire que Bitcoin équivaut à la découverte de l'or dans le monde d'Internet.

Si nous prenons d'ailleurs l'histoire de l'or physique en comparaison, on peut voir que celui-ci a stimulé la prospérité économique pendant des siècles. La civilisation n'a commencé à réellement se développer que lorsqu'une monnaie marchande sous la forme du précieux métal soit apparue, aidant des populations étrangères à se coordonner entre elles et à adopter une division du travail et du savoir hors de leur propre communauté.

Par la suite, l'apparition des monnaies papier adossées à de l'or a permis d'accroître encore plus les possibilités d'échange en s'affranchissant de la contrainte du transport. Mais elle a aussi causé le découplement de l'argent et de la monnaie lorsque l'adossement de l'argent papier à l'or prit fin dans les années 70.

Avec l'avènement de l'ère informatique, la physicalité de l'argent papier fut supplantée par l'arrivée de l'argent électronique. Aujourd'hui, ce qu'on appelle argent n'est - en dehors du cash, que des lignes dans les registres informatiques des banques. Ce n'est donc pas de l'argent nativement numérique.

Bitcoin en revanche instaure l'ère de l'or numérique avec des possibilités de scalabilité sociale sans précédent, sans compromettre les concepts fondamentaux qui lient argent et monnaie.

Le chaînon manquant de la modernité

Surprenant pour beaucoup mais évident (on l'espère) pour les lecteurs de cet article, la révolution du Bitcoin peut dépasser toutes les attentes. L'ampleur des possibilités offertes par une monnaie d'échange nativement digitale pouvant voyager partout et rapidement sans perdre de sa rareté est encore difficile à saisir.

Ce qui est sûr, c'est que Bitcoin est une forme d'or numérique, transférable dans le temps et dans l'espace de façon optimale. Dans l'espace de par sa nature dématérialisée et dans le temps grâce à ses propriétés de rareté digitale.

Bitcoin est le chaînon qui manquait encore au monde connecté d'aujourd'hui. Ce que nous vivons avec lui est une forme de destruction créatrice s'appliquant au concept même de l'argent. Il n'est donc que logique de s'attendre à ce que le monde de la finance, qui n'existe qu'au travers du concept d'argent, vive avec Bitcoin et les cryptomonnaies des transformations majeures lors des prochaines décennies.

Le succès, on le connaît : Bitcoin ne valait que quelques centimes à ses débuts, puis $1 un an après, puis $1,000 en 2013, jusqu'au dernier record de $69'000 en 2021.

Avec l'émergence de la cyber économie, de plus en plus de personnes et d'institutions financières seront amenées à adopter cet or numérique. Avec ses capacités technologiques et son potentiel de croissance, il n'est pas dur d'imaginer qu'une cyber économie reposant sur le Bitcoin puisse devenir l'une des plus grandes du monde.

Ne ratez pas notre prochain guide !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos prochains guides directement dans votre boîte mail.

S'abonner