Bitcoin 101: introduction à la technologie blockchain

8 octobre 2020

Tout le monde a entendu parler du Bitcoin. Ce qui a débuté comme une technologie marginale est pratiquement devenu une marque et aujourd'hui n'importe qui a entendu au moins une fois les mots "Bitcoin", "blockchain" ou encore "cryptomonnaie".

Bitcoin a maintenant une dizaine d'années et son histoire forte en sensations en est néanmoins un succès retentissant. Parti de rien d'autre qu'une idée discutée par un groupe d'enthousiastes sur des forums en ligne, le Bitcoin est aujourd'hui un phénomène global capitalisé à environ 200 millards de dollars. Pour quiconque s'intéresse de près ou de loins aux technologies financières, Bitcoin et la blockchain sont des sujets incontournables.

L'histoire du Bitcoin

Mais le Bitcoin, c'est quoi exactement ? Le Bitcoin (BTC) est une cryptomonnaie créée par une personne ou un groupe de personnes travaillant sous le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Le 31 octobre 2008, Satoshi a publié un papier intitulé Bitcoin: A Peer-to-Peer Electronic Cash System au travers d'une liste email destinée à des passionnés de cryptographie s'appelant eux-mêmes “cypherpunks”. Peu après, le 9 janvier 2009, le code source de la version initiale du software Bitcoin a été publiée, marquant ainsi l'anniversaire officiel du réseau Bitcoin.

Bien que des ingénieurs divers et variés aient bien avant entretenu l'idée de la création d'une monnaie électronique utilisant des technologies de cryptographie avancées, le Bitcoin est la première cryptomonnaie a avoir été développée jusqu'au stade produit final et opérationnel.

Les précurseurs du Bitcoin tels que Hashcash, DigiCash, b-money ou encore Bit Gold ont également visé à créer une monnaie numérique et cryptographique, mais le Bitcoin a été le premier à accomplir cette ambition grâce à l'invention de la blockchain, un registre décentralisé.

Bitcoin et la blockchain sont indissociables et ne peuvent pas être compris sans insister sur le concept de décentralisation. Un point essentiel est le fait que les "cypherpunks" qui étaient les premiers développeurs du concept de cryptomonnaie ont été largement inspirés et influencés par les pensées économiques de l'école autrichienne et par le libertarianisme. Dès son inception, le Bitcoin a aspiré à quelque chose de bien plus grand qu'un simple système de paiement alternatif. Ses créateurs et premiers utilisateurs voulaient révolutionner le concept même de la monnaie.

Avant d'aller plus loin dans la nature de la blockchain et des différences entre cryptomonnaie et monnaie fiat, un des événements les plus mystérieux de l'histoire du Bitcoin mérire d'être mentionné : la disparition de Satoshi Nakamoto. Satoshi a travaillé sur le code source du Bitcoin et a participé au forum bitcointalk.org jusqu'en mi-2010. À ce moment, Nakamoto a stoppé toutes ses activités et a relégué le contrôle de tous les noms de domaine liés au Bitcoin qu'il avait enregistrés.

Plus personne n'a jamais entendu parler de lui depuis ce jour-là. Détail non des moindres, le million de Bitcoins qu'il possédait n'ont jamais été utilisés. Ce montant gigantesque, connu sous le nom de Satoshi’s coins, valait presque 20 milliards de dollars au plus haut historique du Bitcoin en décembre 2017, ce qui ferait de Satoshi Nakamoto une des 50 personnes les plus riches du monde. Bien que de nombreuses personnes aient tenté de déduire la véritable identité de Satoshi et les raisons de sa disparition, personne n'a jamais été capable de prouver de façon concluante qui était réellement Satoshi Nakamoto.

Le but du Bitcoin

Quelle est donc la différence entre le Bitcoin et une monnaie "traditionnelle" ? La monnaie fiat (une devise émise par un gouvernement, par exemple l'euro ou le franc suisse, a un défaut principal : celui d'être émise par une entité centralisée. En conséquence, la valeur d'une monnaie peut être manipulée et soufrir des conséquences de politiques monétaires inefficientes.

Le peuple conservant son épargne en monnaie fiat, comme par exemple sur un compte épargne auprès de leur banque, peuvent perdre une partie de la valeur de leur pécule, parfois rapidement. L'hyperinflation, un phénomène de dévaluation de la monnaie extrêmement rapide, n'est pas uniquement une théorie, mais bel et bien un événement qui s'est produit de façon répétée à travers l'histoire. Les exemples célèbres comprennent la Russie après la chute de l'URSS et l'Allemagne au sortir de la première guerre mondiale. Des cas plus récents comme le Zimbabwe ou le Vénézuela sont des cas tragiques de nations succombant à l'hyperflation.

Enfants jouant avec des billets de banque pendant l'hyperinflation de le république de Weimar

Même sans avoir de dévaluation éclair, toute monnaie fiat est sujette à l'inflation, une dévaluation lente mais constante de la monnaie relative à l'augmentation moyenne des prix dans une économie donnée. Ce phénomène est ancré dans la nature même de la monnaie fiat, et étant donné que l'offre monétaire dépend d'un émetteur centralisé - une banque centrale - les personnes décidant d'utiliser la monnaie fiat comme réserve de valeur n'ont pas d'autre choix que d'accepter que leur argent perde en permanence un peu de sa valeur.

Ce que le Bitcoin cherche à accomplir est de résoudre ces deux problèmes majeurs de la monnaie fiat : la centralisation et l'inflation. Bitcoin est une devise décentralisée et déflationnaire. Elle est immunisée à l'inflation de part la limite absolue du nombre de Bitcoin qui peut exister : 21 millions. Personne ne peut créer ne serait-ce qu'un seul Bitcoin au-delà de cette limite.

Personne ne peut le faire car Bitcoin existe sous forme de réseau décentralisé, personne n'ayant d'autorité significative sur son ensemble. La décentralisation est donc probablement l'aspect le plus important et le plus intéressant du Bitcoin et du concept même de la blockchain - la technologie sous-jacente du Bitcoin - qui sont tous deux profondément ancrés au concept de réseau décentralisé.

Pour comprendre comment la nature décentralisée du Bitcoin fonctionne, il faut tout d'abord s'intéresser plus en détail à ce qu'est la technologie blockchain.

La blockchain : un registre décentralisé

Une blockchain est fondamentalement un registre décentralisé : un réseau agissant en tant que registre de toutes les transactions qui s'y produisent, mis à jour en temps réel et stocké parmi l'intégralité des milliers de serveurs qui le composent à travers le globe. Toute personne peut participer au réseau Bitcoin, étant donné qu'il ne requiert rien de plus qu'un ordinateur connecté à Internet capable d'exécuter le software Bitcoin et de stocker les données du réseau.

Le registre décentralisé sous-jacent au Bitcoin est ainsi appelé la blockchain, tout simplement car il n'est pas continu mais est divisé en blocs. Chaque bloc peut être comparé à une page dans un registre et ensemble les blocs forment une chaîne sans fin. Le tout ressemble ainsi à un livre géant livrant tenant la chronique de l'histoire de chaque Bitcoin.

Nœuds et mineurs

Les transactions sur la blockchain Bitcoin sont vérifiées par des nœuds actifs sur le réseau. Afin de créer une incitation économique à la décentralisation du réseau, la vérification de chaque transaction est récompensée en Bitcoin. Chaque bloc est lié à un problème mathématique complexe demandant une puissance de calcul conséquente pour résoudre. Les mineurs de Bitcoin sont ainsi des particuliers et des entreprises utilisant du matériel informatique conçu pour traiter les transactions du registre Bitcoin, essayant ainsi d'être les premiers à résoudre le problème du bloc actuel. Lorsque c'est le cas, le mineur est récompensé par un montant déterminé de BTC.

La blockchain s'agrandit ainsi en permanence, au fur et à mesure des nouvelles transactions qui y sont passées. Depuis la première transaction réalisée le 12 janvier 2009 par Satoshi Nakamoto au centaines de milliers de transactions qui sont aujourd'hui faites quotidiennement, l'historique de chaque Bitcoin a avoir jamais été reçu ou envoyé est enregistré et conservé dans les milliers de copies identiques de la blockchain stockées sur aux quatre coins du monde sur les serveurs du réseau.

Vous l'aurez compris, le réseau Bitcoin n'a pas l'équivalent d'un gouvernement, d'une institution financière ou de toute autre forme d'autorité monétaire telle qu'une banque centrale. Chaque ordinateur du réseau Bitcoin est égal et personne n'a de privilège ou de pouvoir particulier. Personne ne peut créer de Bitcoin de son propre chef et il n'y aura jamais plus que 21 millions de Bitcoin existants. C'est pourquoi le Bitcoin est un actif déflationnaire : un bien rare et dont la demande croissante ne pourra que positivement impacter sa valeur sur le long terme.

Si vous souhaitez une explication sous forme vidéo de tout ce qui a été dit jusqu'à présent, celle-ci le fait avec brio :

Au-delà du Bitcoin : l'écosystème blockchain

L'idée d'une monnaie numérique, décentralisée et déflationnaire a été couronnée de succès jusqu'à présent : valant quelques centimes à ses débuts, $1 après un an puis $100 en 2013. La même année, le prix du Bitcoin a atteint les $1'000 et a augmenté depuis lors, bien qu'avec des périodes de correction et des bear markets. À l'heure où nous écrivons ces lignes, le prix du Bitcoin vaut à peu près la moitié des $20'000 qu'il valait à son plus haut en décembre 2017.

Cours historique du Bitcoin

Cours historique du Bitcoin - Coingecko

L'énorme succès économique du Bitcoin a fait naître une branche entière de l'industrie tech. Des milliers de projets blockchain et de cryptomonnaies ont vu le jour, formant ainsi l'écosystème blockchain actuel.

Certains de ces projets se sont attelés à créer des cryptomonnaies améliorant certains aspects du Bitcoin (tels que la capacité de traitement du réseau ou le coût des transactions), d'autres se sont penchés sur la blockchain en elle-même.

Bien que la blockchain telle que nous la connaissons aujourd'hui ait été inventée dans le but de faire fonctionner la devise numérique qu'est le Bitcoin, beaucoup ont observé que la blockchain pouvait avoir bien d'autres cas d'usage.

Des startups ont ainsi expérimenté avec des applications innovatives de la blockchain, de la numérisation de titres financiers au suivi de conteneurs de transport en passant par les données médicales. Toutes ont été attirées par la possibilité de conserver et d'échanger tout type de donnée de façon inaltérable et décentralisée.

Blockchain publique et privée

La plupart des blockchains existantes sont des registres publiques tout comme le Bitcoin, aussi appelés blockchains permissionless. Elles peuvent être accédées, utilisées et auditées par n'importe qui, sans condition ou prérequis particuliers. À l'inverse, des entreprises ont choisi de développer des blockchains dites privées, conçues pour n'être utilisables que par des utilisateurs désignés. Une blockchain privée n'est donc pas vraiment un registre distribué et décentralisé. Elle ressemble plus à une base de donnée fermée et sécurisée utilisant les techniques de cryptographies avancées propres à la blockchain.

Privacy coins

Les blockchains privées ne doivent pas être confondues avec les privacy coins. Ceux-ci sont des cryptomonnaies conçues pour fournir un niveau de confidentialité bien supérieur à celui du Bitcoin. En effet, le Bitcoin n'a pas vraiment été conçu avec la confidentialité comme objectif principal. L'historique de toutes les transactions est entièrement public et n'importe qui peut facilement voir combien de Bitcoins sont stockés sur n'importe quelle adresse du réseau ainsi que les émetteurs, les bénéficiaires et les montants de chaque transaction. Les privacy coins tels que Monero (XMR) ou Zcash (ZEC) utilisent des algorithmes et des techniques de cryptographie avancés pour brouiller les transactions du réseau. Ainsi, bien que ces blockchains restent publiques, il est extrêmement difficile pour un tiers d'observer l'activité d'une adresse particulière.

Conclusion: Bitcoin to the moon ?

L'histoire du succès du Bitcoin réside dans le fait qu'il a livré tout ce qu'il a promis : une réserve de valeur souveraine, décentralisée, déflationnaire et indépendante de toute banque ou tout gouvernement. Bien entendu, le Bitcoin n'est pas parfait, notamment au niveau des coûts de transaction et des temps de traitement dépendants de l'état du réseau. Toutefois, le Bitcoin a pour l'instant survécu et surmonté chaque épreuve sur son chemin.

Bien que plus de 5'000 cryptomonnaies différentes existent aujourd'hui et que de nombreux projets explorent les possibilités de la blockchain, lorsque l'on revient à son cas d'usage originel - une réserve de valeur numérique et décentralisée, aucune autre crypto n'a été ne serait-ce que proche d'égaler le Bitcoin. Bitcoin reste la plus grande et la plus populaire des blockchains, aucun altcoins (cryptomonnaies alternatives au BTC) promettant de le remplacer n'ayant livré ses promesses. La capitalisation du Bitcoin est d'ailleurs plus de trois fois supérieure à la capitalisation combinée des 9 autres plus grandes cryptomonnaies.

Personne n'est bien entendu capable de prédire les prix futurs du Bitcoin avec certitude, mais il est probable qu'ils continuent de croître considérant que tout laisse à croire que le Bitcoin n'en est encore qu'aux stades très précoce de son adoption. Les institutions financières commencent à peine à considérer le Bitcoin comme une classe d'actif à part entière, et la majorité de la population ne perçoit encore le Bitcoin que comme un secteur de niche de la finance et du web.

Ce qui est sûr, c'est que le Bitcoin est là pour rester et que la révolution blockchain commencée en 2009 est probablement le début de quelque chose bien plus vaste.